top of page
Rechercher

Malus, bonus, qu’en est-il pour 2021 ?



  • Du changement pour le bonus écologique et la prime à la conversion ?

Le ministre a également évoqué que la prime à l’achat des véhicules électriques neufs va être revue à la baisse. Alors qu’elle est de 7000 euros en 2020, elle va passer à 6000 euros en 2021 et 5000 euros en 2022. La prime versée aux acheteurs professionnels (flottes, loueurs, etc.) descendra elle à 4000 euros et le bonus pour l’achat d’une voiture hybride rechargeable sera diminué de moitié (de 2 000 à 1 000 euros).

Cependant, la prime à la conversion pour les ménages modestes qui veulent remplacer un véhicule polluant par un plus récent neuf ou d’occasion sera reconduite dans sa forme actuelle.


  • Et pour le malus écologique pour les véhicules neufs ?

Si pour 2021, la taxe au poids semble être écartée, le malus est lui revu à la hausse. Il y aura donc une augmentation progressive du malus afin d’encourager le verdissement du parc automobile français.

Le malus payé par les consommateurs pour l’achat d’un véhicule neuf sera toujours calculé en fonction des émissions de CO2 et pas en fonction du poids de celui-ci. Le seuil de cette taxe va être revu. Elle commencera pour 2021 dès 131 grammes de CO2 par kilomètre au lieu de 138 grammes et pour 2022 à partir de 123 grammes. Le montant maximal du malus va lui aussi évoluer. Pour l’année prochaine, il passe de 20 000 euros à 40 000 euros et pour 2022 il va monter jusqu’à 50 000 euros pour les véhicules émettant plus de 225 grammes de CO2 ! Une hausse importante quand on sait qu’un véhicule émettant 153 grammes va voir son malus passer de 400 à 1000 euros alors qu’aujourd’hui il atteint 1 000 euros pour 160 grammes. Vous pourrez trouver le barème du nouveau malus 2021 et 2022 voir ci-dessous



  • Le malus écologique pour les véhicules d’occasions.

L’état souhaite supprimer les trois malus qui pouvaient être appliqués aux véhicules d’occasion les plus polluants. En effet, l’état préfère se concentrer sur les véhicules neufs et donc exonère les véhicules d’occasion de toutes taxes.

Avec la disparition de ces taxes, le gouvernement favorise le marché de l’occasion ! Un marché dynamique de 5.5 millions de véhicules à l’année qui semble bien résister à la crise sanitaire. En effet, sur le mois de septembre une hausse de 21.3% est perceptible (données CCFA).


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page